article, entreprise, portrait, sophie

L’agence Adecco de Seclin dans le Nord : être vigilant au bonheur de l’autre

Sophie Mayeux

Je pars un mercredi d’hiver en fin d’après-midi pour l’agence Adecco de Seclin. L’agence qui reçoit le public est dans un ancien commerce et une grande maison adjacente est divisée en bureaux. Je sonne à la porte de la maison. C’est Julien, blouson noir, grand sourire, qui m’ouvre. Toute l’équipe est là pour m’accueillir. Ils sont prêts et impatients de vivre cette interview. L’agence est fermée, le répondeur est branché afin de ne pas être dérangés. Je suis chez “Adecco des champs”. C’est ainsi que les agences d’Armentières, Halluin et Seclin sont nommées, car elles sont considérées être situées en zone rurale ; alors que les agences de Roubaix, Lille et Tourcoing en zone urbaine composent le “Adecco des villes”. Fatiha est la directrice de l’agence et travaille depuis douze ans chez Adecco, Julien est chargé d’affaires BTP depuis un an et demi, Johanna depuis quatre ans chez Adecco est chargée de recrutement, ainsi que Louis-Philippe qui a une ancienneté de deux ans. Nathalie est la doyenne de l’équipe : chez Adecco depuis vingt-cinq ans, elle est aujourd’hui responsable de recrutement. “J’ai connu bien d’autres directeurs d’agence. Et Fatiha est arrivée avec sa folie, pleine d’idées, sa tête en ébullition. On l’a suivie…”

Fatiha tient à ce que tout le monde participe et s’exprime lors de cette interview. Elle est directrice depuis trois ans de l’agence de Seclin. Depuis deux ans, cette dernière obtient des résultats d’excellence et est devenue en 2018 la première agence Adecco de France dans sa catégorie. 

Existerait-il un CRAZY! mode de management ?

Fatiha : Il n’y a pas de “chef”. Nos décisions se prennent toutes de manière collégiale, rien n’est imposé. Nous co-construisons la stratégie de l’agence. Cette méthode de travail permet de remettre de la sérénité et d’apaiser les tensions dues à la pression du chiffre. Nous nous questionnons les uns les autres. – Qu’en penses-tu ? – Est-ce le bon moment ? – Est-ce jouable ? Le métier de l’intérim est un métier très opérationnel, rythmé, où règne la culture du résultat. Cet environnement pourrait induire un mode de management descendant et directif, mais non, ici tout se décide ensemble.

Par exemple, pour le lancement de l’année 2018, chaque agence avait la responsabilité d’organiser une action avec son équipe. Nous avons décidé de partir du vendredi au dimanche à la mer. Nous avons loué un Airbnb dans le respect du budget alloué à l’organisation du kick off (lancement). Nous avons transféré la ligne téléphonique. Cela a pu paraître choquant de partir un vendredi, car dans notre secteur d’activité, c’est la journée noire de la semaine. Tout le monde appelle, entreprises et intérimaires, pour caler les plannings. Eh bien nous, nous avons décidé de nous organiser pour assurer la même qualité de service mais à distance. Nous n’avons pas fait comme tout le monde, nous n’avons pas loué la traditionnelle salle de séminaire. Nous avons respecté les contraintes de temps, de budget, de contenu, mais en dehors du cadre.

Nathalie éclate de rire : Nous sommes toujours dans l’adaptation. Pour le kick off, nous avons fait de la désobéissance intelligente.

Julien tempère : Ou plutôt, nous sortons du cadre de façon intelligente.

Existerait-il une CRAZY! atmosphère de travail ?

Julien : Tous les matins nous prenons notre petit-déjeuner ensemble. Chacun ramène quelque chose et parfois je mange deux fois.

Nathalie : Nous travaillons dans le plaisir. Cela nous arrive de faire un pot à 16h et de reprendre le travail ensuite. C’est une question de volonté. 

Fatiha : Le bien-être de l’équipe est important. Nous avons beaucoup d’humour entre nous, il y a de la bonne humeur, nous faisons des restaurants entre nous, on trouve toujours une boîte de bonbons dans laquelle picorer. Hier midi, nous avons fait et partagé des croques-monsieur. Nous avons aussi aménagé une salle zen dans un ancien local à archives. Nous avons tout déménagé dans une autre pièce et aménagé au fur et à mesure avec notamment beaucoup d’objets de récupération. (Note de Sophie : je suis allée faire un tour dans cette pièce, elle est vraiment très chaleureuse). Cette pièce est celle de l’équipe : chacun y a mis sa patte. L’été, elle est très agréable car fraîche ; l’hiver, on aime y venir cocooner pour une pause en allumant quelques bougies. Nous prenons aussi soin de notre corps et de notre esprit. Nous avons organisé un atelier de gestion du stress via la méditation, la respiration et l’apport des huiles essentielles et un autre atelier sur les cinq blessures de l’âme (Note de Sophie : le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison, l’injustice – livre de Lise Bourbeau, Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même, ed Pocket). 

Nous essayons de mettre en place des choses très simples.

Un mode de management collaboratif, une atmosphère de travail “comme à la maison” où l’on prend soin de chacun. Existerait-il des CRAZY! valeurs pour lier le tout ?

Johanna : Nous sommes comme une famille. Nous partageons des valeurs communes. Nous nous considérons tous d’égal à égal. 

Louis-Philippe appuie : Oui, le partage et la bienveillance. 

Johanna : Et la considération. Ici, nous sommes sincèrement écoutés, Fatiha prend en considération nos attentes et nos envies. 

Julien : C’est vrai que cela se ressent. La considération existe entre nous aussi. Nous nous aidons les uns les autres, il y a beaucoup de bienveillance. Je n’ai pas peur d’aller demander de l’aide, nous savons que nous sommes tous dans le même bateau et que nous avons un objectif commun.  

Fatiha : Les seules choses que j’ai imposées sont le respect et la considération. Des personnes ne sont pas restées au sein de cette agence car elles ne partageaient pas ces valeurs.

Nathalie : Chacun d’entre nous est vigilant au bonheur de l’autre. 

Quelles sont les lettres de CRAZY! dans lesquelles vous vous reconnaissez le plus ? Et quel conseil donneriez-vous pour être épanoui au travail ?

Tous en cœur : le A d’Audace et le Y de YES it’s possible ! Car oui, tout est possible.

Fatiha : Pour être bien au travail, il est essentiel d’être soi. Personne ne fait semblant dans cette agence. Dans le monde de l’entreprise, nous nous mettons finalement nos propres freins et nous nous enfermons nous-mêmes dans des cases. Forte de mon expérience, pour construire cette équipe, j’ai écarté tout ce que je n’ai pas aimé vivre en entreprise. La première qualité d’un manager est de considérer ses collaborateurs. J’ai à cœur d’accompagner humainement chacun. La performance n’est pas une question d’ancienneté, de budget ou de paillettes. Quand l’ambiance est bonne, la performance est bonne : nous avons terminé l’année 2018 première agence Adecco de France dans notre catégorie. 

 

Je n’ai pas tellement envie de les quitter : c’est vrai qu’on se sent bien tous ensemble… Au bout d’une heure et demi, c’est comme si je faisais un peu partie de leur famille.

3 réflexions au sujet de “L’agence Adecco de Seclin dans le Nord : être vigilant au bonheur de l’autre”

  1. Une agence où j’ai passé une de mes premières expérience professionnelle, une équipe formidable basée sur un management collabatif et participatif… Un respect de l’autrui, un accueil chaleureux des intérimaires, et tout ça dans la bonne ambiance et la joie de vivre… #teamseclin

    Aimé par 1 personne

Répondre à Rabiandaloussi Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s