ALICE DALLE et PATRICE DECEUNINCK :  » Y’a d’la joie ! « 

Un vrai défi ce double portrait, mais quel plaisir de partager la passion commune d’Alice Dalle et Patrice Deceuninck pour la musique ! Leur complicité et leur humour se ressentent dès la séance photo : gais et créatifs, on sent qu’ils se connaissent bien tous les deux ! Un thé, quelques gaufres Rita qui réveillent des souvenirs d’enfance et nous voilà prêts à découvrir ce qui anime ce duo.

Un duo complice

Lorsque l’on découvre comment ils se sont rencontrés et les qualités qu’ils apprécient chez l’autre, ils ont beaucoup de sincérité l’un envers l’autre et s’étonnent parfois des réponses de chacun. Ils se connaissent depuis 1998 avec la musique comme passion commune et de vraies affinités qui les réunissent. Pour Alice, l’humour et le côté poétique de Patrice. Le côté solaire d’Alice pour Patrice : un rayon de soleil qui dégage une belle énergie positive. Ce qui les réunit ? Le plaisir d’aller à la rencontre des autres à travers cette passion de la musique !

Lorsque qu’en 2006, Patrice sort son premier projet musical sous le nom de Pat Bol, Alice souhaite qu’il écrive des textes pour elle. Patrice se décrit comme chansonnier plus que comme compositeur et c’est ce qui plaît à Alice : des mots justes et des ritournelles qui restent en tête. Mais leurs projets respectifs les mènent vers d’autres voies. Ainsi, quand Alice décide de relever le défi de la Créativallée, elle pense immédiatement à Patrice.

Le défi 400 jours par an

Automne 2014, la Créativallée lance plusieurs défis pour changer l’image du Nord-Pas de Calais et participer ainsi au rayonnement de la région. Tout naturellement, Alice relève le défi de créer une chanson et porte ce projet avec enthousiasme. Elle contacte Patrice pour traiter cela sur le thème de l’humour et la poésie. Ainsi, entourés d’un collectif de bénévoles, qui s’autoproclameront « les Pinces à Linge », ils vont écrire et composer la chanson « 400 jours par an ».

Patrice hésite d’abord, puis intrigué par le projet, l’envie et l’énergie qu’il ressent autour de ce défi, il se jette dans l’aventure. Très vite, l’objectif qu’ils se donnent ensemble lors des ateliers est d’écrire une chanson humoristique en exagérant volontairement sur les caractéristiques typiques du Nord. La volonté est que celle-ci puissent être chantée par le plus grand nombre et que chacun puisse s’approprier cette ritournelle sympathique.

Une des difficultés est de travailler ce projet avec des néophytes de la musique. C’est justement ce qui plaît à Alice qui se retrouve dans le partage de son amour de la musique. Quant à Patrice qui a plutôt l’habitude d’animer des ateliers de création avec des enfants, c’est un défi d’animer un groupe d’adultes !

Ensemble, ils ont une vision complémentaire du Nord. Pour Alice, ce sont surtout les habitants du Nord qui représentent le mieux l’esprit de la région. Elle souhaite mettre en avant ces gens courageux, qui ont la pêche et qui ne se prennent pas la tête. A ses yeux, le quotidien dans notre région est très différent de ce que les gens qui ne la connaissent pas ont comme image.

Patrice, lui, aime aborder dans ces textes les solutions plutôt que les problèmes. Non pas qu’il soit naïf, mais il préfère voir le monde du bon côté et partager cette vision de la vie.

Avec le collectif des Pinces à Linge, le texte s’oriente vite vers une approche humoristique, très second degré doublé de l’envie de faire un pied de nez aux idées reçues, aux clichées sur le Nord.

L’effet boule de neige : des Pinces à Linge aux artistes locaux

Le collectif des Pinces à Linge était dès l’origine du projet une pièce maîtresse pour relever le défi. Ils participent aux ateliers d’écriture, puis Patrice contacte Olivier Darques, ingénieur du son qui ouvre son carnet d’adresses. Les artistes locaux sont invités à participer au défi. Les réponses ne se font pas attendre et chacun trouve sa place dans le projet tout en y ajoutant son grain de sel, sa touche artistique… Jusqu’à l’Orchestre d’Harmonie de Mon- en-Baroeul ! En tout, ce sont près de 80 musiciens (12 chanteurs, 10 musiciens et l’Harmonie de Mons-en-Baroeul) qui rallient le projet et y participent bénévolement.

Le défi de départ prend une nouvelle impulsion et l’envie de faire un clip vient comme une évidence. C’est là qu’Alice et Patrice, fidèles à leur conviction, s’investissent à 3000%. S’ils veulent faire un clip, ce sera avec des professionnels et cela a un prix. Ils lancent une opération de crowdfunding. Grâce à la cohésion d’équipe et aux réseaux sociaux, l’objectif est atteint à 110% et le clip voit le jour. Visible sur http://www.400joursparan.fr/, il respire la bonne humeur et la joie de vivre. Il a été tourné l’un des jours les plus chauds de l’année : ironie de l’histoire pour une chanson qui vante une région où il pleut 400 jours par an !

Avec 12 000 vues sur internet, aujourd’hui le projet perdure. Tout est parti d’un défi, aujourd’hui relevé et partagé avec le plus grand nombre. Le souhait d’Alice et Patrice est que ceux qui le souhaitent s’approprient cette chanson. Ils ont des contacts avec le diocèse de Lille pour qu’elle soit chantée dans les écoles. Ils ne s’attendent à rien de particulier mais souhaitent accompagner cette chanson. Ne veulent rien imposer mais restent ouverts aux projets pour divulguer et faire vivre la chanson. Ainsi, ils ont été invités avec les Pinces à Linge sur le podium de la Braderie : un beau moment pour le lancement de la chanson… C’est maintenant au public de choisir et les retours sont nombreux… Cette chanson touche les gens, les fait sourire, cette ritournelle reste en tête… Pour un peu, on aimerait qu’il pleuve pour reprendre le refrain « C’est pas grave, ça va sécher ! »

Alice peut être fière d’avoir porté un tel projet. Il est né d’une idée folle, il a rassemblé des gens qui ne se connaissaient pas et est devenu au fil du temps un vrai projet collaboratif. Les décisions étaient prises ensemble, chacun pouvait s’exprimer librement, et tout le monde resté sur la durée. Chacun a donné ce qu’il était en mesure de donner et a tenu ses engagements. Une belle réussite !

Lorsque je leur demande si c’est une chanson CRAZY!, tous deux répondent en chœur avec un grand OUI!, car c’est avant tout une chanson Yes it’s possible ! au regard du défi relevé. Avec ensuite le C de Curieux pour ceux qui ne sont pas du Nord, le R de Rêveur avec le côté poétique du texte et le A de Audacieux. Mais Patrice ajoute avec un grand sourire qu’il nous manque un H pour l’Humour !

Dans quelle lettre de CRAZY! se retrouvent Alice & Patrice ?

Alice : « Certainement dans le A de Audacieux et le Y de Yes it’s possible ! Parce que quand quelque chose me tient à cœur, j’ai l’audace de me dire que c’est possible ! »

Patrice : « Le R de Rêveur car lorsque j’écris, je vois le monde du côté poétique et idéaliste. Avec le Y de Yes it’s possible car dans l’action, j’agis, je réalise mes rêves car rien n’est insurmontable si on le veut ! Il faut provoquer le hasard pour que les choses arrivent. »

Pour chacun, l’essentiel est d’avoir des projets et l’envie de les réaliser, parce que tant qu’il y a des projets, ils se sentent vivants et tous deux ont choisi d’être dans le monde des vivants !

Vanina Lézies-Toulemonde

Leur énergie est contagieuse et nous ressortons de notre entretien boostés et avec une de ces envies de chanter !…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s